Révision de la définition de la maladie d’Alzheimer : une nouvelle terminologie

Dubois B., Feldman HH., Jacova C., Cummings J-L., Dekosky ST., Barberger-Gateau P., Delacourte A., Frisoni G., Fox NC., Galasko D., Gauthier S., Hampel H., Jicha GA, Meguro K., O’Brien J., Pasquier F., Robert P., Rossor M., Salloway S., Sarazin M., de Souza LC., Stern Y., Visser PJ., Scheltens P., Revising the definition of Alzheimer’s disease: a new lexicon. Lancet Neurol, 2010 ; Volume 9 (n°11) : p. 1118-1127.

Synthèse

Le développement des nouvelles techniques d’imagerie (IRM, TEP) et la découverte de biomarqueurs spécifiques de la maladie d’Alzheimer (MA) au niveau du liquide céphalorachidien (LCR) permettent aujourd’hui de revisiter la terminologie classique attachée à la MA. Cet article présente les propositions du groupe de travail international qui avait déjà élaboré de nouveaux critères diagnostiques pour la recherche sur la MA en 2007.

L’originalité de ces nouveaux concepts réside dans la prise en compte du spectre complet de la maladie depuis ses phases précliniques jusqu’au stade démentiel sous le label de « maladie d’Alzheimer ». La MA est caractérisée par des bio-marqueurs physiopathologiques (diminution de la protéine beta-amyloïde et augmentation de Tau ou de Tau phosphorylée dans le LCR, présence de plaques amyloïdes en TEP au PIB) et topographiques (atrophie du lobe temporal médian en IRM, diminution du métabolisme du glucose dans les régions temporo-pariétales en TEP au FDG).

Les auteurs définissent deux stades précliniques de la MA : un stade « asymptomatique à risque de MA », où les biomarqueurs sont positifs mais le fonctionnement cognitif normal, et un stade de « MA présymptomatique » qui concerne les porteurs d’une mutation génétique familiale autosomique dominante responsable de la MA qui ne présentent pas encore de symptômes.

La MA prodromale ou pré-démentielle est un stade clinique associant un trouble de la mémoire épisodique de type hippocampique et des bio-marqueurs positifs en IRM ou dans le LCR, mais n’atteignant pas les IADL. La démence de type Alzheimer correspond au stade démentiel classique où l’atteinte cognitive associe des troubles de la mémoire épisodique et d’au moins un autre domaine cognitif d’une sévérité suffisante pour interférer avec le fonctionnement social et les IADL. Le terme MCI est désormais réservé aux troubles pré-démentiels n’associant pas les composantes spécifiques de la MA. Des définitions pour la MA typique, atypique et mixte sont également proposées.

Commentaires

Cet article à lire absolument fait une avancée décisive dans la nosologie de la MA en dissociant clairement les aspects syndromiques (MCI, démence) et l’étiologie spécifique « MA ». Cette distinction est indispensable si l’on veut identifier de façon précoce des individus présentant un tableau spécifique de MA chez lesquels des traitements modificateurs de la maladie pourront être évalués. Par ailleurs, le seuil de la démence fait clairement référence à un impact sur les IADL (conduite automobile, capacité à gérer son budget) qui va nécessiter la mise en place de mesures de sauvegarde.

Il reste qu’un impact plus subtil sur des activités très complexes existe vraisemblablement plus tôt, dès lors que les tests neuropsychologiques peuvent objectiver un déficit cognitif.

Analysé par Pascale Barberger-Gateau, CMRR Aquitaine