Le nouveau TEP-IRM dédié aux maladies neuro-dégénératives

Image de prévisualisation YouTube

Inauguré le 21 septembre 2015 à l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, le TEP-IRM de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière est le 1er en France dédié aux maladies neuro-dégénératives, à vocation mixte recherche et clinique.

Cet appareil fusionne les deux meilleures technologies de la médecine nucléaire (TEP – ou PET en anglais – et IRM), pour donner une imagerie médicale quasi-parfaite du patient. L’appareil soulage également le patient, puisqu’il peut passer les deux examens en une seule fois. Une technologie très coûteuse mais indispensable à l’amélioration du diagnostic précoce d’Alzheimer.

L’achat de cet appareil a pu être réalisé grâce à la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer et ses grands donateurs.

photo S T Dassault G Cassées 2

TEPIRMAurélieKas

 

 

 

 

 

 

En savoir plus :

Le TEP-IRM est un appareil hybride capable de réaliser simultanément une Tomographie par Emission de Positons (TEP) et une Imagerie par Résonance Magnétique (IRM).

Le TEP permet de localiser l’activité cérébrale sur une image qui reste toutefois un peu floue. Le principe est d’injecter par voie intraveineuse du glucose (source d’énergie nécessaire au fonctionnement des cellules) marqué au fluor 18 (F18), un atome radioactif. Le glucose-F18 n’est capté que par les cellules actives du cerveau. L’image recueillie correspond à l’enregistrement de l’émission de photons par le F18. Plus les cellules sont actives, plus elles ont besoin de glucose et plus il y a d’émission de photons. Ainsi, par un jeu de couleurs allant du vert (faible concentration de photons) au rouge (forte concentration de photons) en passant par le jaune, il est possible de localiser et mesurer l’intensité de l’activité cérébrale.

L’IRM est une technique d’imagerie non invasive qui, par l’application d’un champ magnétique stable et puissant, permet d’obtenir des images de la structure des tissus mous, comme le cerveau, avec une résolution élevée. Ces images sont obtenues en nuances de gris allant du noir au blanc : le liquide est sombre, la graisse est blanche, la substance grise du tissus nerveux est gris sombre, la substance blanche du tissus nerveux est gris clair, l’air est noir, l’os compact et les calcifications sont noirs.

L’intérêt de superposer les 2 images est d’obtenir, grâce à l’image obtenue en IRM, une localisation plus précise de l’activité cérébrale obtenue en TEP.

Un examen de TEP-IRM peut durer de 25 à 45 min.

Dans le cas de la maladie d’Alzheimer, le TEP-IRM permet de mettre en évidence une atrophie du cerveau et une perte d’activité, notamment au niveau de l’hippocampe, qui rend compte de la dégénérescence et de la mort des cellules nerveuses.

En remplaçant le glucose par des marqueurs spécifiques, sous réserve qu’ils passent la barrière hémato-encéphalique, il est possible de localiser les protéines Tau et b-amyloïdes dans le cerveau. De tels marqueurs existent, notamment aux Etats-Unis, mais leur utilisation n’est malheureusement pas encore autorisée en France à ce jour.

Le TEP-IRM de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière fait l’objet d’une exploitation conjointe (à temps égal) en recherche sur les maladies neurodégénératives par l’IHU-A-ICM, et en clinique par l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le nombre d’examens réalisés en recherche est variable suivant le type et le nombre des études en cours, et est de 11 à 15 examens par jour en clinique.



Pour aider les malades, aidons les chercheurs !