La Recherche Clinique

La Fondation pour la Recherche sur Alzheimer apporte son soutien à la recherche clinique sur la maladie d’Alzheimer, mettant ainsi le patient au cœur du processus.

recherche : image TEP   recherche laboratoire

 

En effet, la recherche clinique part de l’expérience avec le patient, permettant une compréhension :

– de la maladie (symptômes),

– des facteurs de risque,

– des mécanismes pathologiques associés (marqueurs biologiques et lésions cérébrales)

 

Dans le but de tester les hypothèses thérapeutiques (traitements, programme de prise en charge etc…).

 

La Fondation pour la Recherche sur Alzheimer s’est fixé comme objectif de donner un élan toujours nouveau à la recherche clinique sur la maladie d’Alzheimer selon 2 axes prioritaires :

 

– l’élaboration d’un diagnostic pré-symptomatique (avant l’apparition des symptômes),

– et la mise au point de traitements thérapeutiques bloquant l’évolution de la maladie dès sa détection précoce

 

 Articles sur la Recherche clinique et la maladie d’Alzheimer :

2016

 

2015

 

2014 :

  • Résultats de l’étude clinique CitAD étudiant l’effet du Citalopram sur l’agitation dans la maladie d’Alzheimer. L’agitation est un symptôme récurrent dans la maladie d’Alzheimer et celle-ci a des conséquences lourdes pour la personne et pour son entourage. Cette étude explore l’efficacité d’un inhibiteur sélectif de la sérotonine, le Citalopram, pour diminuer cette agitation. Les résultats montrent qu’il est retrouvé une amélioration de ce comportement à l’aide de ce traitement. Cependant il est retrouvé qu’une forte dose entraîne des répercussions sur le plan cardiaque et cognitif. En diminuant la dose, il serait possible de garder l’efficacité tout en évitant les effets secondaires. Pour vérifier cette hypothèse, une nouvelle étude est en cours.

  • Résultats des essais précliniques du Bapineuzumab et du Solanezumab. Ces deux essais cliniques agissent sur la protéine β-amyloïde. Bien que les effets de ces traitements n’ont pas été concluants chez les malades Alzheimer se trouvant à un stade modéré, il est retrouvé une certaine stabilisation des performances chez les personnes au stade léger. Cette stabilisation cognitive est mesurée à l’aide d’échelles psychométriques et comparée à un groupe similaire qui ne bénéficie pas du traitement mais d’un placebo. Ces résultats confirment qu’il est préférable d’agir en amont, chez des personnes en début de maladie. Les laboratoires poursuivent actuellement ces études avec des personnes à un stade léger de la maladie  d’Alzheimer.  

 

2013 :

 

2012 : 

 

2011 :

 

2009 :

 

2008 :

 

2007