Prévention de la maladie d’Alzheimer

Selon plusieurs études, l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer pourrait être retardée dans 50% des cas grâce à une prévention de certains facteurs de risques.

Des facteurs de risque cardiovasculaires comme le diabète, l’hypertension, ou l’hypercholestérolémie sont par exemple associés à une survenue plus fréquente de la maladie.
D’autres facteurs sont également étudiés, comme la sédentarité, le manque d’activité intellectuelle, les mauvaises habitudes alimentaires, le manque de sommeil ou encore, de faibles interactions sociales.

Comment contribuer à retarder l’apparition de la maladie ?

PRENEZ SOIN DE VOTRE COEUR
Faites-vous suivre régulièrement par votre médecin :
Il est important de prévoir des consultations de routine pour faire contrôler sa tension, pour faire effectuer un bilan sanguin. Ainsi, une hypertension artérielle, un diabète ou une hypercholestérolémie pourront être dépistés à temps, quand il est possible de les traiter avant qu’il n’y ait des dégâts irréparables. 

BOUGEZ
En pratiquant une activité physique régulière, la circulation sanguine du cerveau est stimulée. Il ne s’agit pas de faire du sport de façon intensive, mais nager, pratiquer du yoga, danser, faire du vélo ou simplement marcher ou jardiner, permet de ralentir les problèmes de déclin cognitif.

STIMULEZ VOTRE CERVEAU
Faire des études, pratiquer une activité stimulante, aurait un effet protecteur sur le développement de la maladie en jouant sur l’adaptabilité permanente de notre cerveau pour compenser la fonction des neurones perdus.
Suivez un cours qui vous intéresse ou apprenez une langue étrangère, lisez, pratiquez des jeux tels que le bridge, les sudoku ou les mots croisés… Autant d’activités qui permettent de travailler sa concentration et ses capacités mentales.
Le choix est large, trouvez une activité stimulante que vous aimerez pratiquer.

MANGEZ SAINEMENT
Des habitudes alimentaires saines et le maintien d’un un Indice de masse corporelle (IMC) normal, réduiraient de façon significative les risques de développer la maladie d’Alzheimer.
Un régime équilibré, riche en fruits (dont les fruits rouges) et légumes (dont ceux à feuilles type choux) est recommandé car riches en antioxydants, ils permettent de lutter contre la production de radicaux libres en excès qui sont toxiques pour les neurones.
Le régime méditerranéen, est par exemple reconnu comme particulièrement bénéfique car il permet de consommer des graisses enrichies en oméga-3 (huile d’olive, noix, poisson et fruits de mer) dont le cerveau a besoin pour bien fonctionner, participant ainsi à la réduction du déclin cognitif.

DORMEZ BIEN 
Manquer de sommeil ou souffrir d’apnée du sommeil peut provoquer des problèmes de concentration ou de mémoire. Par ailleurs, c’est durant le sommeil que le cerveau évacue ses déchets, notamment les protéines bêta-amyloïdes.
Il est recommandé de dormir environ 7 heures par nuit et de respecter le cycle veille / sommeil.
Un petit truc : de nombreux experts en sommeil conseillent la lecture avant le coucher pour apaiser l’esprit et préparer le corps au sommeil.

AYEZ UNE VIE SOCIALE ACTIVE.
Les liens sociaux stimuleraient le développement d’un réseau neuronal dense qui permettrait de compenser plus longtemps les lésions induites par la maladie d’Alzheimer.
En effet des relations sociales stimulantes : passer du bon temps en famille ou entre amis, participer à des clubs, avoir une vie associative… permettent de maintenir le cerveau en bonne santé et de s’entretenir agréablement. Choisissez les activités qui ont du sens pour vous et les personnes avec qui vous vous sentez bien afin de favoriser le plaisir et le rire…
Détendez-vous, évitez le stress permanent car il déclenche la fabrication de corticoïdes qui, en excès, peuvent favoriser la destruction des neurones.



Pour aider les malades, aidons les chercheurs !