Consommation élevée de tabac à l’âge adulte et risque à long terme de maladie d’Alzheimer et de démence vasculaire.

Rusanen M, Kivipelto M, Quesenberry CP, Zhou J, Whitmer RA. Heavy “Smoking in Midlife and Long-term Risk of Alzheimer Disease and Vascular Dementia”. Archives of Internal Medicine, 2010

Synthèse

Plusieurs études ont montré que la consommation de tabac était associée à une augmentation du risque de maladie d’Alzheimer (MA) quelques années plus tard. Mais peu ont analysé le risque à plus long terme. Les auteurs se proposent d’étudier le risque de MA et de démence vasculaire en fonction de la consommation de tabac recueillie entre 50 et 60 ans. Méthodes : L’échantillon est composé de 21 123 personnes incluses dans le Multiphasic Health Checkup (MHC) du Kaiser Permanente Medical Care of Northern California.

Cette étude initiée en 1978 couvre plus d’un quart de la population de San Francisco et d’Oakland. Différentes informations ont été recueillies lors des visites médicales dont la consommation de tabac. Le diagnostic de démence est issu des dossiers électroniques des patients (selon la classification CIM-9). Le diagnostic de MA ou de démence vasculaire (DV) était porté par un neurologue ou un neuropsychologue alors que les diagnostics de démence non spécifiée pouvaient être portés par des médecins de médecine interne. Tous les cas notifiés entre 1994 et 2008 ont été inclus.

Résultats : Durant le suivi de 23 ans, 5367 cas de démence (25,4 %) ont été identifiés (dont 1136 MA et 416 DV). Les sujets déclarant consommer deux paquets de tabac ou plus par jour à l’âge adulte avaient un risque multiplié par 2,14 de développer une démence. Le risque était de 1,44 pour une consommation de 1 à 2 paquets par jour et de 1,37 pour une consommation de 0,5 à 1 paquet par jour.

Les résultats étaient semblables pour la MA même si les associations n’étaient pas significatives pour les consommations plus faibles : 2,57 (> 2 paquets/jour), 1,18 NS (1-2 paquets / jour), 1,11 NS (0,5-1 paquet/jour). Pour la DV, on observe une augmentation significative du risque pour les plus gros fumeurs : 2,72 (> 2 paquets/jour), 1,42 NS (1-2 paquets / jour), 1,20 NS (0,5-1 paquet/jour).

Commentaires

Cet article rappelle que le tabac est bien un facteur associé à une augmentation du risque de MA et de VD, et aucunement protecteur comme l’avait laissé croire quelques études cas témoins.

Cet article a le mérite d’utiliser une mesure de la consommation de tabac bien antérieure à la mise en place de troubles cognitifs (limitant les biais) mais souffre de la faiblesse du diagnostic de démence. Toutefois, on imagine plutôt une sous déclaration, voire un classement des MA et DV en diagnostic non spécifié, ce qui irait vers une sous-estimation de l’association.

A noter également une absence de modification de l’effet du sexe ou de la race qui indique que l’effet délétère du tabac est indépendant de ces 2 facteurs.

Analysé par Luc Letenneur, CMRR Aquitaine.