NOTRE VISION

Avec la mobilisation de tous, notre génération peut vaincre Alzheimer ! Seule la  recherche médicale permettra d’atteindre cet objectif, par la mise au point de traitements efficaces. Pour cela, l’implication de tous les acteurs est nécessaire : chercheurs, patients, donateurs et grand public. Notre fondation a pour mission de soutenir la recherche sur la maladie d’Alzheimer et concentre son action sur la recherche clinique, autour du patient, pour améliorer le diagnostic et développer des voies thérapeutiques. line-lien   En savoir plus sur notre vision

NOS ACTIONS

L’Fondation pour la Recherche sur Alzheimer donne un nouvel élan à la recherche en finançant des projets qui associent innovation et excellence scientifique autour de 3 axes prioritaires : soutenir le Pôle d’Excellence de la Pitié-Salpêtrière, accélérer les synergies au niveau européen, donner les moyens aux chercheurs français et étrangers : acquisition de matériel de haute-technologie, mise à disposition de bases de données et de banques biologiques issues des cohortes de patients.

Découvrez nos actions    line-lien


VIVRE AVEC ALZHEIMER 

L’évolution de la maladie d’Alzheimer provoque progressivement une atteinte des fonctions cérébrales de la personne malade, qui vient perturber sa vie quotidienne et celle de son entourage familial. Pour mieux comprendre les malades et comment les aider, voici des articles rédigés par le Docteur Olivier de Ladoucette, psychiatre, gérontologue et président de la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer.

line-lien-blanc En savoir plus line-lien-blanc



SE MOBILISER

Vous pouvez agir aux cotés de la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer, en participant à un évènement à notre profit, en mettant en place auprès de vos proches une collecte, ou en intégrant un protocole de recherche

line-lien  En savoir plus  line-lien




NOS CHERCHEURS TEMOIGNENT

Chers amis,

La maladie d’Alzheimer est un véritable enjeu de santé publique. Les équipes de chercheurs se battent au quotidien pour trouver les solutions qui, demain, permettront de stopper la maladie d’Alzheimer. Cette recherche est capitale, elle doit être au cœur de l’action pour les malades et leurs familles car seule la recherche permettra de vaincre Alzheimer. Grâce à votre aide, grâce au financement de la recherche nous pouvons développer des projets porteurs d’espoir. Je compte sur votre soutien. Pour aider les malades, aidons les chercheurs !

Professeur Bruno Dubois Professeur de neurologie Directeur de l’IM2A Président du comité scientifique Fondation pour la Recherche sur Alzheimer

ACTUS

SAVE THE DATE

LES ENTRETIENS DE LA RECHERCHE SUR LA MALADIE D’ALZHEIMER

JEUDI 27 AVRIL 2017 à La Maison de la Chimie à PARIS

En savoir plus line-lien


 RESEAUX SOCIAUX

 

►RECHERCHE CLINIQUE◄

L'équipe du professeur Harald Hampel à la Pitié-Salpêtrière a participé à la découverte de deux nouveaux gènes associés au risque de développer la maladie d’Alzheimer

Une étude internationale, à laquelle a participé le Pr Harald Hampel, principal investigateur à l’ICM, titulaire de la chaire AXA-UPMC “Anticiper la Maladie d’Alzheimer”, a permis d’identifier deux nouveaux gènes associés au risque de développer la maladie d’Alzheimer. Ces gènes, largement exprimés au niveau de la microglie, les cellules immunitaires du cerveau, constituent un argument supplémentaire sur le rôle de l’immunité dans cette pathologie.
Près d’un million de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer en France. Des protéines anormales conduisent à la formation progressive de plaques et de neurofibrilles qui apparaissent dans les neurones au cours du développement de la maladie. Ces anomalies perturbent les connexions entre les neurones du cerveau, voire conduisent à leur mort, expliquant la diminution du volume de certaines structures cérébrales au cours de la maladie. Bien que la maladie d’Alzheimer représente plus de 70% des personnes atteintes de démence, le mécanisme intime et la cause première de ces perturbations demeurent inconnus.
Deux nouveaux gènes, qui n’étaient jusqu’alors pas considérés comme à risque dans la maladie d’Alzheimer, ont été identifiés au cours d’une étude qui comparait les gènes de dizaines de milliers de personnes atteintes de la maladie avec ceux d’individus sains de la même tranche d’âge.
La découverte de ces deux nouveaux facteurs de risque génétique de la maladie d’Alzheimer représente une avancée qui contribue à la compréhension de son mécanisme. En effet, les gènes identifiés sont responsables de la production de protéines qui contribuent au bon fonctionnement des cellules cérébrales de la microglie. Ces cellules microgliales, les principales cellules immunitaires du cerveau, sont entre autres responsables de l’élimination des déchets cellulaires et des protéines anormales. Lorsque ces gènes présentent une anomalie, ils conduisent à la production de protéines anormales qui provoquent un dysfonctionnement des cellules microgliales. L’identification de ces deux gènes particuliers laisse à penser qu’un dysfonctionnement des cellules immunitaires du cerveau jouerait un rôle dans le développement de la maladie et que ces cellules seraient une cible potentielle pour de nouveaux traitements.
Cette découverte, qui enrichit le précédent travail de l’équipe du Pr Harald Hampel qui avait déjà identifié 24 gènes à risque, permet de mieux comprendre le mécanisme sous-jacent de la maladie et ouvre la voie à de nouveaux traitements.
« Découvrir de nouveaux gènes, c’est comme trouver les pièces d’un puzzle, que les biologistes font correspondre pour reconstruire une image complète de la maladie. » Pr Harald Hampel.

Source :
Nature Genetics. 2017 Jul 17. doi: 10.1038/ng.3916.
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

Toutes nos publications

L'équipe de @HaraldHampel a participé à la découverte de 2 nouveaux gènes associés au risque de développer #Alzheimer

Tous nos tweets