Etude du rôle d’un récepteur cholinergique pour ralentir la maladie

Equipe du Docteur Isabelle Cloëz-Tayarani, Institut Pasteur

 

Les recherches actuelles du Dr Isabelle Cloëz-Tayarani visent à développer un modèle de forme sporadique de la maladie d’Alzheimer. Cette forme non héréditaire de la maladie apparait chez plus de 95% des patients. Une accumulation du peptide amyloïde β, conduit peu à peu à la formation de plaques entre les neurones : les plaques amyloïdes. Comprendre comment le peptide amyloïde β se diffuse chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, décrypter les évènements cellulaires et moléculaires sous-jacents à ce phénomène, permettrait d’agir en amont de l’apparition des signes cliniques et ainsi désamorcer les mécanismes induisant la formation des plaques amyloïdes.

La Fondation soutient son projet de recherche visant à étudier le rôle d’un récepteur cholinergique humain (le récepteur nicotinique de type alpha7) dans la formation des plaques amyloïdes, à travers un modèle expérimental développé au sein de son laboratoire. Le projet est basé sur l’utilisation de cellules souches (pluripotentes d’origine humaine). L’enjeu est de parvenir à accélérer le vieillissement des neurones à l’aide de facteurs spécifiques, pour mimer leur état dans le cerveau et comprendre les mécanismes moléculaires dans un contexte expérimental adapté. Trois étudiantes participent à ce projet. Camille Thiberge (à droite sur la photo) est notamment financée par la Fondation Recherche Alzheimer dans le cadre de sa thèse de Doctorat.

Montant financé : 100 000 €

Durée du projet : 3 ans.