Docteur Stéphane Epelbaum

Le Docteur Stéphane Epelbaum est neurologue, spécialisé dans le diagnostic et la prise en charge des maladies à expression cognitive ou comportementale. Il travaille à la Pitié Salpêtrière, dans le département des maladies du système nerveux et plus spécifiquement au sein de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) dirigé par le Pr Bruno Dubois. Après une thèse portant sur l’étude des mécanismes de développement de la maladie d’Alzheimer, il a développé au sein de l’IM2A une recherche clinique centrée sur la mise en évidence et la validation des tests cognitifs sensibles et spécifiques pour diagnostiquer cette maladie. Il travaille maintenant à découvrir de nouvelles méthodes diagnostiques aux stades très précoces de la maladie d’Alzheimer et syndromes apparentés. Il a aussi participé à des dizaines d’essais pharmacologiques contre la maladie d’Alzheimer en tant que co-investigateur et est l’investigateur principal d’un projet innovant de thérapie par ouverture de la barrière entre le sang et le cerveau.

La Fondation soutient actuellement son projet de recherche portant sur l’un des symptômes clés de la maladie d’Alzheimer : « l’anosognosie ». Ce symptôme correspond à une méconnaissance partielle des troubles de mémoire par le patient lui-même. L’objectif de ses travaux est d’améliorer le diagnostic précoce et le suivi des patients Alzheimer. La Fondation soutient également son nouveau projet ambitieux, intitulé « Santé-Cerveau » qui vise à développer un outil informatique de dépistage de la maladie d’Alzheimer.

Articles récents :

  • Que penser de l’approche médicamenteuse préventive de la maladie d’Alzheimer ? Bulletin de l’Académie de Médecine (2019)
  • MMR : le Meta Memory Ratio, une nouvelle méthode pour étudier la mémoire et ses plaintes dans la maladie d’Alzheimer débutante (2019) The Meta-Memory Ratio: A New Cohort-Independent Way to Measure Cognitive Awareness in Asymptomatic Individuals at Risk for Alzheimer’s Disease 
  • En collaboration avec Claire Meyniel, neuro-ophtalmologue, développement d’une nouvelle échelle d’évaluation des fonctions cognitives adaptée à la déficience visuelle. En effet, la déficience visuelle touche 230 Millions de personnes dans le monde et il n’existait jusqu’à ce jour aucun test cognitif adapté. (2018) COGEVIS: A New Scale to Evaluate Cognition in Patients with Visual Deficiency.
  • Analyse des IRM et des TEP scans de plus de 2300 volontaires de la cohorte nationale MEMENTO ayant une plainte ou un trouble léger de la mémoire et identification de façon robuste des régions cérébrales impliquées dans les processus de mémorisation. Il est intéressant de noter que les régions identifiées (tout particulièrement la partie interne du lobe temporal) sont le siège connu des lésions de la maladie d’Alzheimer. (2018)  Neural correlates of episodic memory in the Memento cohort.
  • Mise en évidence d’un lien entre la multimorbidité (le fait d’être atteints d’au moins trois maladies chroniques telles que l’insuffisance rénale, cardiaque ou encore un diabète) avec des marqueurs de dégénérescence cérébrale suggérant un lien avec la survenue ultérieure d’une maladie d’Alzheimer. Cet article s’inscrit dans l’analyse des données de la cohorte INSIGHT. (2018)  Multimorbidity Is Associated with Preclinical Alzheimer’s Disease Neuroimaging Biomarkers.
  • Analyse des données initiales ainsi que des données préliminaires du suivi à 30 mois de la cohorte INSIGHT. Cette cohorte unique au monde est composée de 318 volontaires ayant une plainte de mémoire sans trouble avéré au bilan neuropsychologique initial et âgés de 74 ans en moyenne. Il a été très intéressant de constater que chez ces 318 personnes, 88 avaient les lésions de la maladie d’Alzheimer présentes de façon silencieuse et mises en évidence en imagerie cérébrale (PET scanner amyloïde). Chez ces 88 personnes avec des lésions cérébrales amyloïdes, seules 4 ont développé des pertes de mémoire importantes dans les 30 mois de suivi. (2018)  Cognitive and neuroimaging features and brain β-amyloidosis in individuals at risk of Alzheimer’s disease (INSIGHT-preAD): a longitudinal observational study.
  • Analyse des données de la cohorte INSIGHT PreAD : au cours du vieillissement, se plaindre de sa mémoire n’entraîne pas une augmentation de risque d’avoir des lésions de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau, mais ce risque est doublé lorsque la plainte émane plutôt de l’entourage proche que de l’individu lui-même. (2017)
    Low Cognitive Awareness, but Not Complaint, is a Good Marker of Preclinical Alzheimer’s Disease